Veb.jpg

"Le staff et mes coéquipiers m'ont chaudement accueillis !"
Vebjorn RONNING

Vebjorn dit « Veb » (c’est plus facile à prononcer) porte les couleurs de Corbas depuis 2 semaines. Arrivé fraîchement de Norvège, on l’a interviewé sur ses débuts en France.

 

Salut "Veb", peux tu te présenter ?

"Je m’appelle Vebjorn Ronning. J’ai 22 ans et je viens de Svelvik en Norvège. Je cours depuis maintenant 2 semaines avec le Vélo Club de Corbas. Sinon je fais partie de l’équipe continentale Tonsberg CK élite en Norvège. Je cours depuis plus de 15 ans. J’ai commencé en VTT avant de passer sur la route à mes 14 ans. Je fais aussi du Cyclocross l’hiver et auparavant j’ai fais de la compétition en ski de fond."

 

Pour quelles raisons es tu venu en France ?

"Pour faire plus de courses. En Norvège, nous n’avons pas beaucoup de courses en ce moment. Et je veux aussi courir à un niveau international. J’espère faire de bons résultats ici, pour un jour passer professionnel."

 

Pourquoi le club de Corbas ? Qu’est ce qui t’as attiré ? Comment s’est passé l’intégration ?

"Parce que les gens ont été gentils avec moi. Ils m’ont super bien accueillis, ils m’ont répondu vite. Et car il y a aussi d’autres coureurs étrangers dans l’équipe (ndlr : en effet nous avons, Asbjorn le Norvégien, Morgan notre Ecossais et Kieran notre Britannique). Ca reflétait le fait qu’ils prennent soin des coureurs non français. 

L’intégration était top. Mes coéquipiers sont cool, ils m'ont chaudement accueillis. Le staff est adorable, ce sont vraiment de bons gars et ils sont attentionnés envers moi. De mon côté j’essaie d’apprendre le Français pour être encore plus intégré dans le groupe."

 

Tu as disputé le Tour du Roannais et le GP de Ponteves ? Comment cela s’est passé ? Quelles différences par rapport à la Norvège ?

"Le Tour du Roannais était vraiment difficile. C'était assez choquant et traumatisant pour mon corps et ma tête. C’était peut être un peu tôt pour moi… J’ai fais 15-20 heures de voyage pendant les 2 jours précédents pour venir en France. C’était 2 jours très stressant. Sur la course ca allait très vite dans les montées, c’est sûrement la plus grosse différence avec la Norvège. Il y avait beaucoup d’attaques et beaucoup de montées. C’était constant mais ca allait très vite pendant toute la course. Le GP de Ponteves a juste été un énorme désastre. Nous avons roulé en voiture longtemps avant la course (3h30 de route), il faisait très chaud et c'était une course très technique. Mon corps n’était pas prêt pour tout ça, c'était encore ma première semaine en France. Il y a beaucoup de changements pour moi, et beaucoup de stress, mais je suis de plus en plus acclimaté chaque jour à mon nouveau quotidien Français. Maintenant, je suis concentré sur mon entrainement. Mon corps va reprendre sa routine d’avant et mon quotidien s’équilibrer. J’attends avec impatience les semaines et mois à venir !!"

 

Et quelles sont tes ambitions et objectifs pour la fin de saison ?

"Je suis ici pour connaitre le niveau international, et pour devenir encore plus fort. Je pense que les courses vont me rendre plus fortes de part la manière dont elles sont faites. Mon but final est de passer professionnel, et j’espère l’an prochain sinon l’année d’après."

 

 

Crédit photo Florianne Verne

 

veb183236856234927_n.jpg
217400017_607812696848428_2684807740425082204_n.jpg
211672453_488085772254301_2269485723594393979_n.jpg