"Quand la terre mère donne un temps Norvégien je me sens plutôt bien !"

 

Asbjorn MADSSTUEN, coureur N3 norvégien

Après les récentes performances du plus Norvégien des coureurs Corbasien on s'est entretenu avec lui et il nous raconte son déconfinement.


Bonjour "H" (Asbjorn MADSSTUEN), comment s’est passé ton confinement et ton retour en France ?

« Mon confinement s’est bien passé, je ne savais pas (comme tout le monde) si une reprise de la saison allait se produire. J'ai commencé à travailler et je ne me suis entraîné que les week-ends et aussi pour me rendre au travail à vélo.

Quand je suis revenu en France début juillet, ma forme n'était pas la meilleure. J'ai dû recommencer à reconstruire ma forme avant notre première course en août. Ma forme n'était pas la meilleure et j'étais un peu plus lourd que ce que je suis habituellement pendant la saison de course. »


Comment t’es-tu organisé pendant le mois de Juillet pour t’entraîner ?

« Au début, j'étais à Nice, puis je suis remonté à Chambéry pour faire mes valises et libérer l'appartement étudiant que je louais. Au début, j'ai essayé d’accumuler beaucoup de kilomètres avec un rythme de base afin de reconstruire les fondations pour la dernière partie de la saison. J'ai eu du mal pendant le camp d'entraînement à Briançon avec l'équipe. Les autres gars étaient forts et les longues montées ont été difficiles pour moi.

Après un bon mois d'entraînement, la première course à Fleurie est arrivée. Je sentais que ma forme revenait vraiment, mais malheureusement, je me suis écrasé assez tôt, et sans voiture derrière le peloton, je n'ai jamais pu revenir dans la course, mais j'ai quand même terminé la course et ça m’a fait une bonne séance d'entraînement. J’ai également loué un appartement en altitude (environ 1700 m d'altitude) au Puy Saint-Vincent. Là-bas, j'ai eu un mois avec une bonne période d’entraînement et j’ai pu explorer de nombreuses routes et montagnes célèbres dans les Alpes. Même avec l'altitude, je me sentais plutôt bien dans les courses. »

Comment s’est déroulée la reprise des courses en élite ? Quelles étaient tes sensations ?

"Le Tour du Pays de Gex était la première course après le camp d'altitude. Ma forme était bonne, mais je manquais de vitesse supérieure dans les montées et je poursuivais tout le temps la tête de course. Avec l'aide de Flo, nous sommes revenus en tête de la course en bas de la dernière montée et j'ai pu presque suivre les premiers. Quand je suis revenu dans le groupe de tête (il y avait aussi des gars devant eux). J'ai lancé une attaque et je suis parti avec environ 10 gars. J'ai essayé de m'échapper avec 700 mètres à parcourir, je me suis fait rattraper et j'ai terminé 14e.

Les semaines suivantes, j'ai mis un peu plus d'intensité dans mon entraînement pour essayer de trouver le petit plus qui me manquait. Je me sentais encore mieux sur le GP de Faucigny, mais après un moment à l'avant, je n'ai pas pu récupérer dans la montée et j'ai été largué avant le sommet. J’ai pu atteindre la ligne d'arrivée avec le peloton, mais je sentais que j’étais vraiment proche de quelque chose de mieux.

La semaine suivante, nous sommes allés aux Boucles du Printemps, une grande course qui sur le papier me convenait. D'un autre côté, des courses comme celle-ci nécessite de se battre pour les bonnes positions afin de prendre correctement les virages et les routes étroites qui ne sont pas ce que j'apprécie pour être le meilleur, et avec mon mauvais positionnement, je n'étais jamais là quand la course s’est jouée.  

Avant la course de cette semaine, j'ai essayé de me reposer et de faire une sorte de pic de forme pour courir sur la Chatillon - élite nationale de Dijon. Je ne me sentais pas le mieux pendant la semaine, mais quand la terre mère (NDLR : la météo) nous a donné le temps norvégien, j'ai senti que j'avais peut-être une bonne opportunité contre tous ces Français maigres. Comme toujours par temps exécrable, je me sentais super bien. Encore une fois, mon positionnement dans l'une des sections de vent transversal était un peu mauvais et j'étais derrière, mais je suis remonté. Dans le dernier circuit vallonné, je me sentais vraiment bien et j'ai essayé de m'échapper à plusieurs reprises sans aucune chance. Dommage pour moi qu'un groupe se soit échappé juste après un de mes efforts et se soit accroché à la ligne d'arrivée. Maintenant, je suis redescendu à Nice pour quelques beaux jours par beau temps. »


Merci Asbjorn, profite bien du sud et de Nice, on te revoit vite pour les dernières courses avant l’hiver.

Retrouvez Asbjorn sur les réseaux ! 

https://www.instagram.com/madsstuen/?hl=fr

https://www.strava.com/athletes/1199020?oq=asb

  • logo strava png
  • Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc
  • YouTube - Cercle blanc

Abonnez vous à notre Newsletter pour ne rien rater!