" Je savais qu'il s'agissait d'une épreuve de renommée mondiale mais le nombres de spectateurs, le bruit, l'ambiance, c'est impressionnant ! "

Le Tour de France est terminée et Hiryu a pu, avec les jeunes du club et grâce au partenariat avec l'équipe Yamanakako Cycling Team, aller voir les coureurs du Tour pour la première fois de sa vie dans le col de la croix de part au cœur des monts du lyonnais sur l'étape entre Mâcon et St Etienne. Il nous raconte sa journée en exclusivité pour le Vélo Club de CORBAS.

Bonjour Hiryu qu'est-ce que ça fait de voir pour la première fois le Tour de France ?

"Depuis que j'ai commencé le vélo, je regarde le Tour à la télévision tous les ans. Je savais déjà qu'il s'agissait d'une épreuve de renommée mondiale, mais le nombre de spectateurs, le bruit, l'ambiance, l'aura des coureurs, tout m'a impressionné. J'ai compris pourquoi j'admire les coureurs du Tour. Ce qui m'a le plus surpris, c'est la diversité du peuple sur le bord des routes. Autour de moi, il y avait des personnes de tous âges et de tous sexes, d'autant plus que je n'étais que sur un point d'une montée parmi tant d'autres sur le parcours. Je n'ose pas imaginer la foule au sommet des grands cols ou lors des arrivées. J'ai le sentiment que mon rêve a pris un peu plus forme. J'ai compris que faire le Tour de France était vraiment une chose exceptionnelle, et ça m'a conforté dans mon envie de devenir un jour coureur professionnel."

 

Comment se passe ton adaptation au cyclisme européen ?

"A propos des compétitions, j'ai l'impression d'avoir pris mes marques ces derniers mois. Pour ce qui est des courses, j'ai la chance de faire beaucoup de première et d'élites. J'ai bien pris la mesure du top niveau amateur Européen. Je progresse petit à petit et je parviens maintenant à faire la course, mais je n'ai pas encore obtenu de vrai résultat à ce niveau. D'au autre côté, je n'ai pas encore non plus gagné en 2e catégorie, ce qui représente le coeur de mon programme cette année. Je ne peux donc pas cacher que je suis un peu inquiet. Tout dépend de moi à ce niveau là, je vais donc redoubler d'efforts et de concentration sur la fin de saison."

As-tu pu t'adapter à la vie quotidienne en France ?

"En ce qui concerne ma vie quotidienne​, elle est centrée sur le vélo, mais je n'ai pas de problème avec ça. Je réalise surtout à quel point le français est une langue difficile. Je parviens maintenant à faire quelques phrases simples, mais pas plus, j'ai beaucoup de mal avec la prononciation. Pour être honnête, je pensais pouvoir me débrouiller un peu  plus vite. A force de me retrouver dans des situations où je pers des informations, je finis par être tellement frustré que je redouble d'efforts pour essayer de comprendre et retenir le plus possible. A l'heure actuelle, tout le monde fait l'effort de parler en anglais, mais c'est à moi de m'adapter. Au début j'avais du mal à tout gérer avec le manque de temps mais ces derniers temps je suis allé voir le Tour,  à la piscine, fêter le 14 juillet ... Je profite pleinement de mon séjour en France grâce à cet échange."

On lui souhaite une bonne fin de saison à lui et l'ensemble des Juniors de l'équipe.


Recueilli par Sam et traduit pas Tom BOSSIS

Retrouvez l'actualité de l'équipe Yamanakako : http://www.yamanakakocyclingteam.fr/

Et pour ceux qui lisent le Japonais :

http://www.yamanakakocyclingteam.fr/2019/07/17/%e9%a6%99%e5%b1%b1%e9%81%b8%e6%89%8b%e3%80%81%e3%82%b7%e3%83%bc%e3%82%ba%e3%83%b3%e5%89%8d%e5%8d%8a%e3%82%a4%e3%83%b3%e3%82%bf%e3%83%93%e3%83%a5%e3%83%bc/?fbclid=IwAR0KNML1mcZS9ft0Gz0cIhGwv99TXP11wp8rEuu5usjJE_nug7v6zmhsv3Q

#Allezlesgones #AllezHiryu #YamanakakoCyclingTeam

 

 

 

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc
  • YouTube - Cercle blanc